Kestrel (1)

En roulant dans la campagne genevoise, j’ai remarqué un petit faucon crécerelle sur une ligne électrique, une petite femelle. Cela m’a fait penser à la chanson de Cohen : Like a bird, on a wire… J’avais mon appareil à portée de main. J’ai suivi à pied cette belle petite  pendant une bonne demi-heure. Elle m’a offert ces quelques portraits.

Ah oui encore… le couplet de Cohen se termine par : I have tried, in my way, to be free

 

Misty Night

[singlepic id=1306 w= h= float=none]

La nuit en hiver donne lieu à des effets lumineux étranges. Le brouillard et le froid se disputent la vedette. Genève est une ville réputée pour son climat difficile pendant la mauvaise saison. L’obscurité s’amuse comme elle peut avec les sémaphores.

Et moi je dérape sur le trottoir devenu très glissant.

Pour Fêter Une Enfance

Un magnifique texte de Saint-John PERSE. L’éloge de l’enfance… pour conjurer la nostalgie ??

Palmes… !
Alors on te baignait dans l’eau-de-feuilles-vertes ; et l’eau encore était du soleil vert ;et les servantes de ta mère, grandes filles luisantes, remuaient leurs jambes chaudes près de toi qui tremblais…
(Je parle d’une haute condition, alors, entre les robes, au règne de tournantes clartés.)

Palmes!

et la douceur d’une vieillesse des racines… !

La terre alors souhaita d’être plus sourde, et le ciel plus profond où des arbres trop grands, las d’un obscur dessein, nouaient un pacte inextricable…
(J’ai fait ce songe,dans l’estime:un sûr séjour entre les toiles enthousiastes.)
Et les hautes racines courbes célébraient
l’en allée des voies prodigieuses, l’invention des voûtes et des nefs;

et la lumière alors, en de plus purs exploits féconde, inaugurait le blanc royaume où j’ai mené peut-être un corps sans ombre…
(Je parle d’une haute condition, jadis, entre des hommes et leurs filles, et qui mâchaient de telle feuille.)
Alors les hommes avaient
une bouche plus grave, les femmes avaient des bras plus lents ;
alors, de se nourrir comme nous de racines, de grandes bêtes taciturnes s’ennoblissaient ;
et plus longues sur plus d’ombre se levaient les paupières…
(J’ai fait ce songe, il nous a consumés sans reliques.)

Continue reading “Pour Fêter Une Enfance”

L’université de la mer

IMG_3428

LA MER

J’ai besoin de la mer car elle est ma leçon :
je ne sais si elle m’enseigne la musique ou la conscience :
je ne sais si elle est vague seule ou être profond
ou seulement voix rauque ou bien encore conjecture
éblouissante de navires et de poissons.
Le fait est que même endormi
par tel ou tel art magnétique je circule
dans l’université des vagues.

I1 n’y a pas que ces coquillages broyés
comme si une planète tremblante
annonçait une lente mort,
non, avec le fragment je reconstruis le jour,
avec le jet de sel, la stalactite,
et avec une cuillerée de mer, la déesse infinie.

Ce qu’elle
m’a appris, je le conserve! C’est
l’air, le vent incessant, l’eau et le sable.

Cela semble bien peu pour l’homme jeune
qui vint ici vivre avec ses feux et ses flammes,
et pourtant ce pouls qui montait
et descendait à son abîme,
le froid du bleu qui crépitait
et l’effritement de l’étoile,
le tendre éploiement de la vague
qui gaspille la neige avec l’écume,
le pouvoir paisible et bien ferme
comme un trône de pierre dans la profondeur,
remplacèrent l’enceinte où grandissait
la tristesse obstinée, accumulant l’oubli,
et soudain mon existence changea:
j’adhérai au mouvement pur.

-Pablo Neruda-

Alfonsina y el mar

Une chanson composée par Ariel Ramirez (compositeur connu pour sa Missa Criola) sur des paroles de Felix Luna. C’est un hommage à la poétesse argentine Alfonsina Sorni qui est entrée dans l’écume par un sentier sans retour. Cette chanson immortalisée par Mercedes Sosa entre autres est interprétée ici par Avishai Cohen, magnifique musicien israélien, accompagné de sa seule contrebasse.

Une autre version sur Daily Motion ici

Les paroles sont ici

Continue reading “Alfonsina y el mar”

O Solitude

La musique est de Henry Purcell …  vraiment  beau

Katherine Fowler Philips (née le 1er janvier 1631, décédée le 22 juin 1664), dite l’incomparable Orinde (“the matchless Orinda”) est une poétesse anglo-galloise, connue notamment en raison de la reprise de son poème “O solitude” par Henry Purcell. Mais c’est une traduction, je crois, d’un texte en français d’ Antoine Girard de Saint-Amant (1594-1661), “La solitude”

Une version sublime de Andreas Scholl ..

[esplayer url=”http://www.paroge.com/wp-content/uploads/2013/05/Purcell-O-Solitude-My-Sweetest-Choice-Andreas-Scholl.mp3″ width=”200″ height=”25″]

Une version non moins sublime (mais plus jazzy) du Branford Marsalis quartet

[esplayer url=”http://www.paroge.com/wp-content/uploads/2013/05/Branford-Marsalis-Quartet-O-Solitude.mp3″ width=”200″ height=”25″]

Les paroles sont ici

Continue reading “O Solitude”

Walrus

 

Un modèle récemment créé à l’aide de Blender. Le paysage est lui créé avec Vue Infinite.

 

[singlepic id=1078 w=400 h=320 float=]

 

Le Supermarine Walrus (morse) était un hydravion à coque monomoteur utilisé pour la reconnaissance maritime. C’était le premier appareil britannique opérationnel à posséder un train d’atterrissage entièrement rétractable, un cockpit entièrement fermé et un fuselage entièrement métallique2.

The Supermarine Walrus was a British single-engine amphibious biplane reconnaissance aircraft designed by R. J. Mitchell and first flown in 1933. It was the first British squadron-service aircraft to incorporate a fully retractable main undercarriage, completely enclosed crew accommodation, and an all-metal fuselage.[2]

Designed for use as a fleet spotter to be catapult launched from cruisers or battleships, the Walrus was later employed in a variety of other roles, most notably as a rescue aircraft for downed aircrew. It continued in service throughout the Second World War

Source : Wikipedia http://en.wikipedia.org/wiki/Supermarine_Walrus

[nggallery id=66]

Skomer Island

[singlepic id=1066 w=320 h=240 float=none]
L’ile de Skomer est un vrai paradis pour les oiseaux de mer. Elle se trouve tout au sud-ouest du Prembokeshire. Ses habitants se nomment gannet, razorbill, shearwater, kittywake, seagull ou puffin. Ce dernier  est la mascotte du lieu. On le nomme macareux moine en français. On peut l’ approcher à quelques mètres sur l’île … Sur Skomer, on rencontre aussi des phoques, des dauphins, et avec un peu de chance, des baleines.
[nggallery id=64]
From Wikipedia, the free encyclopedia

Skomer (WelshYnys Sgomer) is a 2.92 km² island off the coast of southwest Wales, one of a chain lying within a kilometre off the Pembrokeshire coast and separated from the mainland by the treacherous waters of Jack Sound. Skomer Island measures approximately 2.4 km (1.5 mi) north-south and 3.2 km (2 mi) east-west.

[1][2] After the war, the owner had offered the West Wales Field Society, now The Wildlife Trust of South and West Wales, the opportunity to make a survey of Skomer which was accepted and the Skomer opened for visitors from April 1946.[3] It was last permanently inhabited by the Codd family (all year round) in 1950, and is known for its stone circlestanding stone and remains of prehistoric houses, as well as for its abundant wildlife. Skomer is a National Nature Reserve, a Site of Special Scientific Interest and a Special Protection Area. Much of Skomer has also been designated an Ancient Monument. It is surrounded by a Marine Nature Reserve. It is managed by the Wildlife Trust of South and West Wales.

 

 

SS Great Britain

 

[singlepic id=1033 w=320 h=240 float=none]

 

Le SS Great Britain est un paquebot à vapeur britannique, construit par le grand ingénieur Isambard Kingdom Brunel, le premier navire de haute mer doté d’une coque de fer et d’une propulsion à hélice. Quand il fut lancé, en 1843, il était le plus grand navire à flot. Il transportait 120 passagers de 1re classe (dont 26 en cabines simples), 132 passagers de 2e classe et 130 officiers et membres de l’équipage. L’ajout d’un pont supplémentaire fit ensuite passer le nombre de passagers à 730.

Le navire est parvenu jusqu’à nous : il est actuellement l’une des attractions touristiques les plus prisées du port de Bristol.

Source : Wikipédia

[nggallery id=62]