Cotopaxi

Le Cotopaxi est un volcan d’Équateur culminant à 5897 mètres d’altitude, situé au sud-est de Quito. Son éruption la plus importante date de 1877 lorsqu’il détruisit plusieurs villes et vallées. Il est protégé dans le parc national du Cotopaxi. L’Equateur est aussi un pays de montagne et de volcans. J’avais le nom de cette montagne en tête depuis plusieurs semaines. Aujourd’hui je vais gravir cette pente. Je n’irai pas au sommet, c’est hors de mes compétences. Pour aller au sommet, il faut marcher sur le glacier avec des crampons, marcher la nuit car la journée la glace fond très vite. On est en haute altitude, mais on reste sous les tropiques et les températures sont bien moins basses que chez nous.

A l’entrée du parc, on prend le temps d’une petite infusion de feuilles de coca.  Cela donne des forces pour monter affirme le guide local.

Tout est chamboulé pour moi. Lorsqu’on est à Quito, on est à 2800m d’altitude. C’est l’altitude  des pistes de ski que nous connaissons en Suisse. Le parking pour commencer la marche est ici à plus de 4500 mètres ?? Des dizaines de voitures n’arrivent même pas à ce parking et restent en rade le long de la piste. Des gens avec des petites chaussures de ville tentent de monter dans la poussière volcanique. Dans la pente, un petit garçon perd connaissance.  Mon guide se précipite pour leur prodiguer des conseils : redescendre immédiatement, ne pas laisser l’enfant s’endormir, des conséquences neurologiques sont possibles.

La montée jusqu’au refuge ‘Jose Rivas’ (4864 mètres) prendra plus d’une heure. Plus d’une heure pour gagner environ 300 mètres de dénivellation. Des tout petits pas, trouver son souffle. On se sent comme un poisson rouge hors de son bocal. Mais où est l’oxygène ?

Le guide me propose d’aller encore plus haut. Depuis le refuge, encore une heure, on peut atteindre le bas du glacier, passer les 5000 …
C’est ok. Je vais cracher ce qu’il me reste de poumons et atteindre la glace.

On redescend. On quitte le parc dans un paysage lunaire.
En langue indienne, Cotopaxi peut se traduire par ‘ Le cou de la Lune’ Dans certaines conditions, la pleine lune vient ‘se poser’ sur le sommet du volcan…

 


 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *