Au Bord De La Route

Un tiers des équatoriens vit au dessous du seuil de pauvreté. Le bord des routes est construit de nombreuses maisons très modestes, des cabanes, des petits magasins. Toute une vie, toute une économie, très loin des grandes villes. Mais la nature est généreuse, elle offre les légumes et les fruits sans retenue.

Sur la route, chaque gendarme couché provoque un ralentissement aussitôt exploité par les bordiers pour tenter de vendre des fruits ou un jugo.

Mais qui donc achète tous ces hamacs ???

 


 


 

Isla de La Plata



 

C’est une petite île sur la côte de Manabí, Équateur

Elle fait partie du parc national de Machalilla.
On peut y accéder par bateau depuis le petit port de Puerto López.

En route on rencontre des baleines avec un peu de chance.

Sur l’ile , des fous à pieds bleus, à pieds rouges, de fous de Grant  (de Nazca) très semblables à leur cousins gannet de l’Atlantique Nord. La même folie de plonger pour leur pitance.

Les frégates.  Magnifiques.  Une colonie. Des couples, des jeunes.

Et les pélicans…


 


 

Pacifico


Première rencontre avec l’océan Pacifique. C’est près de Salinas, le point le plus à l’Ouest de l’Equateur, sauf les Galapagos. La Chocolatera est un lieu magnifique. Il y a des Lions de Mer, une petite colonie venue du Sud. Il y a des pélicans. Si longtemps que je ne les avais vus… On pense parfois qu’ils sont lourds… Ils sont en fait des planeurs sublimes… Et bien sûr les frégates. Je les attendais depuis longtemps. Elles sont au rendez-vous, ainsi que les vautours … omniprésents…

Et puis les baleines…. Au loin… Des images un peu floues… L’odeur de l’océan.


 


 

Pajaros Y Mariposas

Il semble que l’Equateur soit un des pays du monde où la biodiversité est la plus forte.  Il est vrai qu’on ne peut qu’être fasciné par la richesse de  la flore et de la faune que l’on rencontre.

Je n’en ai capté qu’une minuscule partie… Ici quelques oiseaux colibris, papillons et insectes rencontrés à Mindo, Guyaquil et…. je ne sais plus  où 🙂


 


 

Gendarmes – Firebugs

[singlepic id=1338 w= h= float=none]

Quand j’étais petit on les nommait gendarmes…. Je n’ai jamais compris pourquoi. En anglais, ils sont ‘Firebugs’ , les punaises de feu. Cela me semble plus conforme… Au printemps, ils pullulent dans le jardin et s’accouplent avec la plus grande indécence aux yeux du monde. Je n’ai pas publié certaines images car je crains pour ma réputation… Je ne souhaite pas passer pour un pornographe entomologique .

Morus Bassanus

Le nom français est ‘Fou de Bassan’ . Les anglo-saxons le nomment Northern Gannet. Il est beau. Il est fou. Il plonge depuis plus de 40 mètres pour attraper sa pitance, parfois jusqu’à 10 mètres de fond au risque de sa vie. Il sait nager sous l’eau Il est fidèle en amour dit-on … Ces photos ont été prises sur la côte ouest de l’Irlande (Slea Head et Valentia Island) en juillet 2013

Kestrel (1)

En roulant dans la campagne genevoise, j’ai remarqué un petit faucon crécerelle sur une ligne électrique, une petite femelle. Cela m’a fait penser à la chanson de Cohen : Like a bird, on a wire… J’avais mon appareil à portée de main. J’ai suivi à pied cette belle petite  pendant une bonne demi-heure. Elle m’a offert ces quelques portraits.

Ah oui encore… le couplet de Cohen se termine par : I have tried, in my way, to be free